Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Oui, la bonté est-elle naturelle ?

Si les réponses apportées à cette question par la biologie évolutionniste dans l'article du Pr DUGATKIN publié dans Lalibre du 15 mai dernier ne m'ont pas transporté d'enthousiasme, les questions qu'elles ont suscitées continuent à retenir ma curiosité.

  • Est-il démontré qu'il y a identité entre altruisme et bonté ? Ou, pour le dire autrement,  la bonté implique-t-elle toujours le sacrifice de soi ? Car dans la perspective évolutionniste, c'est bien celui-ci qui constitue le noeud du problème.
  • Le parallélisme entre E = mc2 et la 'loi de Hamilton" est-il acceptable ?  Nous avons des outils pour mesurer la masse et la vitesse mais qu'en est-il pour les "coûts d'un acte de bonté" ou pour le "bénéfice qu'un individu retire d'un acte gentillesse à son égard ?
  • De plus, est-ce vraiment raisonnable de demander à une discipline scientifique, fût-elle fort à la mode aujourd'hui, de répondre -au moins en partie, je le concède- à une question qui comme l'indique la rubrique de publication, relève  de la sphère des opinions et des spiritualités?

Rappelons nous qu'une des fonctions principales de la science fut de faire sortir ceux qui nous ont précédés de l'obscurantisme clérical : il ne faudrait pas qu'à son tour, celle-ci prenne la figure d'une nouvelle église qui enferme ses fidèles dans la vérité qui, comme avant, assure le pouvoir à ceux qui la détiennent.

Commentaires

  • Un premier pas vers cette nouvelle église a déjà été fait en inventant la notion de "sciences humaines"… Trop tard !

  • J'ai rencontré des églises,des chapelles,des fidèles,des rituels, des écrits canoniques et même l'une ou l'autre excommunication en voyageant aux pays où pousse la psychanalyse.
    Mais l'invention de la notion de "sciences humaines" vise sans doute une réalité bien plus englobante et que je ne perçois pas tout à fait clairement.
    Merci de toute manière d'avoir ouvert la porte à une réflexion partagée.

  • Une question passionnante, qui interroge aussi la notion de libre arbitre. Connaissez-vous le roman de Carol Shields intitulé "Bonté"? Il pose assez bien le problème à sa façon.

Les commentaires sont fermés.