Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Il y a des limites ... sauf au droit du plus fort

L'article le plus consulté depuis une semaine sur le site de Lalibre.be est le communiqué Belga que le journal reprend dans sa rubrique Etats-Unis sous le titre « Quand la Flandre raye la Wallonie ». Il faudra revenir sur ceci pour mettre en parallèle l'intérêt des internautes avec le peu de cas que le journal fait de cette affaire.

Il est bon de se rappeler en effet -comme le rapportait Le Soir du 1er septembre- qu'en juin dernier le directeur de la Flanders House de l'époque avait déclaré dans un speech prononcé au Musée d'Art Moderne à New York en l'honneur de James Ensor, que pour la plupart des investisseurs et des touristes, « la Flandre, c'est la Belgique et la Belgique, c'est la Flandre. »

Je voudrais simplement ce soir remettre au jour une des premières Fables de Jean de La Fontaine qui éclaire à mes yeux, la base du raisonnement du pouvoir -politique, intellectuel et médiatique- de la Flandre qui veut minimiser cet incident en allant jusqu'à s'étonner de l'importance que semblent lui accorder certains. Je pense qu'après l'avoir lue, on perçoit mieux comment il est utile de retrouver ses propres valeurs pour décoder les messages que l'on reçoit.

Voici donc cette fable que nous n'avons pas apprise à l'école : peut-être nous aurait-elle poser des questions trop dérangeantes pour les pouvoirs d'alors?

 

La Génisse, la Chèvre et la Brebis en société avec le Lion

 

La génisse, la chèvre, et leur sœur la brebis,

Avec un fier lion, seigneur du voisinage,

Firent société, dit-on, au temps jadis,

Et mirent en commun le gain et le dommage.

Dans les lacs de la chèvre un cerf se trouva pris.

Vers ses associés aussitôt elle envoie.

Eux venus, le lion par ses ongles compta,

Et dit: « Nous sommes quatre à partager la proie. »

Puis en autant de parts le cerf il dépeça;

Prit pour lui la première en qualité de sire :

« Elle doit être à moi, dit-il; et la raison,

C'est que je m'appelle lion:

A cela l'on n'a rien à dire.

La seconde, par droit, me doit échoir encor:

Ce droit, vous le savez, c'est le droit du plus fort.

Comme le plus vaillant, je prétends la troisième.

Si quelqu'une de vous touche à la quatrième,

Je l'étranglerai tout d'abord. »

 

Jean de La Fontaine, Fable VI, Livre I.

P.S. Le texte est repris d'une publication exhaustive d'un ensemble de leçons de chose et de vie proposé par le site Education environnement qui me parait assez riche en ressources diverses.

Commentaires

  • Bonjour,
    je viens de vous intégrer dans le portail "La Belgosphère", qui rassemble les blogs politiques belges. N'hésitez pas à soumettre un/des articles.
    papagena

  • Merci pour cette "intégration" et pour l'invitation à collaborer... en souhaitant faire mieux ensemble que les partenaires de la fable ...

Les commentaires sont fermés.