Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Fait divers et tranformation du monde

 

La rubrique "Faits divers" est souvent, si on accepte de creuser les faits qui y sont rapportés, un outil précieux pour révéler les transformations que subit le monde qui façonne la quotidienneté de nos existences.

On a ainsi appris ce lundi matin que les parents d’un jeune homme de 29 ans décédé dans un accident de la route, se voient réclamer 109,75 € par De Lijn, l'équivalent en Flandre du TEC en Wallonie, à titre d'indemnité pour le détournement d'un de leur bus en raison des 16 minutes de fermeture de la route pendant les constatations d'usage.

Sur le site de Het Laatste Nieuws qui est à l'origine de cette information, on mesure le choc que ce genre de courrier provoque chez ceux qui le reçoivent. La maman ne comprend pas; elle dit sa colère et son émotion et réclame elle, un peu de chaleur et de respect en de telles circonstances. Et le bon sens et la conscience populaire s'accordent pour approuver et soutenir cette attitude.

Mais la lettre prévue par la procédure établie par De Lijn pour recouvrer les frais de détour occasionnés par des accidents ne sera pas adaptée. Tout en comprenant le chagrin des parents et en reconnaissant qu'une lettre-type au ton aussi sec peut toucher durement celui qui la reçoit, le porte-parole de la société de transports en commun met en avant qu'il est impossible de prendre en compte l'état des victimes des accidents." De privacywet verbiedt ons dat " déclare-t-il, la loi sur la protection de la vie privée nous interdit de faire cela.

Que nous apprend ce fait divers ?

En premier lieu sans doute, que les mondes où vivent les parents de la victime d'une part et les gestionnaires de De Lijn d'autre part, tendent à s'éloigner l'un de l'autre au point de plus se comprendre : à partir de la vision des choses de chacun, voici que les uns considèrent la lettre de réclamation d’indemnisation comme une sorte d’agression intolérable alors que les autres la voient comme une démarche parfaitement légitime. A la réflexion, cette tendance est marquante et se donne bien à voir dans la multiplication des lobbys de tout genre. De la collaboration en vue d'un objectif partagé on passe aux affrontements dans la poursuite d'objectifs divergents.

On apprend aussi que le rapport à la loi se transforme. De repère pour décider de l'adéquacité sociétale des comportements la loi est de plus en plus instrumentalisée comme argument de justification d'intérêts particuliers. On a vu il y a peu par exemple, le MR invoquer la loi sur le financement des partis interdisant à une personne morale de verser de l'argent à un parti politique pour contester un remboursement de 670.000 euros au FDF qui lui avait été imposé en première instance. Pourtant, là aussi, le bon sens et la conscience populaire trouvaient juste que la dotation que le Parlement attribue soit distribuée en fonction de la répartition en partis de ceux qui la composent. Et il ne faut jamais oublier le tournant, souligné ici naguère, qu'a constitué la "Directive 2000/36/CE du Parlement européen et du Conseil, du 23 juin 2000, relative aux produits de cacao et de chocolat destinés à l'alimentation humaine" qui à nouveau pour le bon sens et la conscience populaire autorise à appeler chocolat ce qui n'est plus du chocolat. Il suffit que l'étiquette camoufle clairement le mensonge !

Nous ne vivons pas tant une époque de changements, qu’un changement d’époque. " constatait le pape François dans l'interview donnée au quotidien romain Il Messagero il y a quelques jours. Il a sans doute raison. Même ce qu'il donne à voir dans sa manière d'être pape est porteur d'indices ténus d'un autre monde… Mais il y a encore beaucoup de vieux hommes ...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.