Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

RTBF

  • Vote électronique et bug démocratique

     

    "... il est techniquement impossible aujourd'hui de retrouver le second choix exprimé. C'est pourquoi la cellule élections du SPF Intérieur demande aux bureaux concernés d'annuler ces votes." Voilà, dans les mots utilisés par la RTBF, l’aboutissement inévitable de tout système qui remet son destin dans les mains de la technologie quel que soit son degré de sophistication.

    Et si Bernard Clerfayt a raison quand il dit : «C’est un bug démocratique» , il va sans doute un peu vite en besogne quand il conclut sa réflexion en constatant : " En Flandre où dans les communes bruxelloises qui utilisaient le système avec ticket, tout s’est bien déroulé. Ailleurs, le problème provient plutôt du fait que le ministère n’ait pas jugé bon d’investir dans des logiciels modernes ».

    Le crayon ou l'ordinateur permettent tous deux au citoyen d'exprimer son vote mais le problème n'est pas celui de l'expression de la volonté citoyenne. Il est celui de la vérification et de la certification citoyenne de la validité de cette expression y compris la possibilité d'introduire et d'examiner des recours éventuels.

    Ce qui doit nous préoccuper, c'est que l’impossibilité technique invoquée par le SPF Intérieur peut bien sûr disparaitre grâce aux logiciels modernes. En faisant en sorte que toute incohérence – pour reprendre le terme du communiqué du SPF Intérieur de dimanche soir – disparaisse dans les résultats produits par le programme de dépouillement. Car c'est au niveau du logiciel bien plus qu'au niveau des machines que la possibilité de voir le citoyen disparaitre derrière le professionnel est grande. En informatique, tout est possible disent ceux qui en vivent.

    L'association Pour EVA dénonce depuis longtemps l'insuffisance de contrôle citoyen sur le système de vote électronique et sur le dépouillement par ordinateur. Elle a donc raison. La présence et le contrôle citoyen de toutes les étapes du processus électoral – vote, dépouillement, décompte final et procès-verbal- est à la garantie de la démocratie, ce que la Cours d’Assises est à la garantie de la justice. Des hommes, faillibles sans aucun doute, mais qui ensemble, participent à l'avènement de l'humanité.

    Et ce ne sont pas les assurances de Jean-Jacques Quisquater, professeur à l'UCL et décrit comme «père» du vote électronique sur la Première ou sur lavenir.net qui changeront notre point de vue. Parce qu'il ne faut jamais oublier l'avertissement terrible donné par les faits eux-mêmes en début d'année.

    "Le Belge Jean-Jacques Quisquater, professeur à l'UCL et expert internationalement reconnu de la protection des données, a été espionné via l'installation d'un logiciel pirate", rapporte lalibre.be du 1er février 2014 qui poursuit " C'est en enquêtant sur le piratage massif qui a affecté des clients de Belgacom, dévoilé l'année passée, que les policiers ont découvert qu'un logiciel malveillant avait été installé sur l'ordinateur de cet expert en cryptographie informatique. Ce logiciel a espionné pendant des mois le contenu de l'ordinateur du spécialiste et Jean-Jacques Quisquater a donc livré à son insu des milliers d'informations sur la manière dont les entreprises se protègent contre les pirates informatiques."

    Si d'éminents spécialistes sont ainsi victimes des machines les plus sophistiquées, ne devient-il pas urgent d'éviter les menaces qu'elles représentent pour le citoyen moyen en refusant d'y recourir quand existent des alternatives praticables ?

    La Bourse serait-elle ce qu'elle est si les ordinateurs n'y remplaçaient pas les hommes ?

     



     

  • RTBF et MCBF : Médias et objectivité

     

     

    La RTBF est-elle anti-catho ? C'est la question que Dimanche, Regards chrétiens sur l'actualité, présente en page d'ouverture de son numéro de la semaine dernière en annonçant un "entretien sans détour avec Jean-Pierre Jacqmin, directeur de l'information".

    Pour être de bon compte, ne faut-il pas s'interroger aussi sur la façon dont les MCBF, Médias Catholiques Belges Francophones, se comportent en matière de traitement de certaines informations ? D'autant que ce matin ces Médias s'engagent à essayer de veiller aux considérations papales à propos de la désinformation que François définit en ces termes :«C’est ne dire que la moitié des choses, celles qui me conviennent, et ne pas dire l’autre moitié: de sorte que celui qui regarde la télévision ou écoute la radio ne peut bien juger les choses parce qu’ils n’a pas tous les éléments, car ils ne lui ont pas été livrés ».

    En voyant l'article consacré par InfoCatho.be ce lundi à la poussée électorale du FN en France dimanche dernier, certains pourront sans doute commencer à questionner par exemple non l'objectivité, mais le but poursuivi par l'information fournie. Sous le titre "Municipales: les catholiques français moins tentés par le Front National", l' article pose la question " Dans quelle mesure les catholiques ont-ils apporté leur voix à ce parti ? On s'attendrait donc à trouver, au mieux un sondage à l'entrée des bureaux sur les intentions de votes ou une enquête à la sorites des urnes sur le vote exprimé, ou au moins une analyse du comportement électoral des catholiques français lors de scrutins antérieurs. Car "Municipales" renvoie bien à élections et nous sommes au lendemain du premier tour.

    Au lieu de cela, l'article reprend une enquête exclusive réalisée en fin d’année dernière, par le magazine français La Vie qui "révélait comment les catholiques de France perçoivent Marine Le Pen et les idées du Front National (FN)" pour en expliciter la conclusion :" les cathos résisteraient politiquement plus que la moyenne à la séduction qu’exerce le parti de Marine Le Pen. Mais c’est moins vrai du côté des plus jeunes." Et il se termine en invoquant la position de la hiérarchie épiscopale et en se demandant si la voix de l’Église catholique se fera entendre d’ici le deuxième tour.

    Cette manière de faire n'ouvre-t-elle pas la porte à ceux qui voudraient penser qu'il s'agissait ici, non pas d'analyser les résultats du scrutin, mais de proposer des arguments pour célébrer la résistance dont feraient preuve les catholiques face à ce que tous les médias ont considéré comme un danger majeur pour l'avenir politique de la France ?

     

     

     

     

     

     

     

  • Afaire Delphine : liberté d’expression et question du père ...

     

    " C'est dommage de ne pas avoir regardé "Mise au point" dimanche dernier, vous auriez appris des choses " me dit la personne assise en face de moi dans le train qui me transporte où je veux quand l'heure à laquelle je dois arriver n'est pas d'une importance vitale.

    Il m'a donc fallu revenir à cette émission en parcourant les points saillants qu’en a retenu la RTBF dans sa synthèse en ligne. Et finalement, s'il y a vraiment des choses à y apprendre ,elles dépassent de loin les considérations éclairées sur ce qui s'est passé et surtout sur ce qui pourrait ou devrait se passer dans cette tranche de vie si proche finalement, de ce qui se passe quotidiennement un peu partout à l'insu des médias. Et je m’arrêterai aux deux réflexions qui m'ont paru, si nous n'y prenons pas garde, interroger le monde et l'humanité qui se profilent à travers elles.

    Il y a d'abord le statut fait à la liberté d'expression dans la discussion sur le caractère privé ou public de cette affaire . " Ce n’est pas une affaire privée pure et dure, insiste Marc Uyttendaele, puisque certains acteurs, en vertu de leur liberté d’expression totale et inconditionnelle, mettent cela sur la place publique. Dès cet instant, le débat public est provoqué, par les acteurs ou leurs proches, et non par des médias insidieux."

    Il apparait ainsi, qu'aux yeux du constitutionnaliste de l'ULB, la liberté d'expression, jusqu'ici droit ne pouvant "en aucun cas, s'exercer contrairement aux buts et aux principes des Nations Unies", -suivant le prescrit de l'article 29.3 de la Déclaration universelle-, serait désormais revêtu d'un caractère total et inconditionnel qui l'instituerait comme un des fondements des rapports sociaux entre individus en société. Dès l'instant où un acteur ou un des ses proches met sur la place publique un fait - avéré ou non - mais qu'il dit vrai, le débat public portant sur celui-ci deviendrait légitime, en raison du caractère total et inviolable du droit individuel de l'informateur.

    Cette opinion s'inscrit bien dans une nouvelle conception des droits individuels animée par l'idée que toute limite constitue nécessairement une atteinte au respect dû à l'intégrité de la personne. Mais dans une société où les médias sont friands de tout ce qui est de nature à augmenter leur audience, cette manière de voir gagnerait sans doute à être sérieusement interrogée. Nous savons d'expérience, pour les plus âgés d'entre nous, les atrocités que provoquent les dérives totalitaires au niveau des nations et des idéologies. Le temps n'est-il pas venu de réfléchir aux ravages que pourrait entraîner le totalitarisme s'il venait à se pratiquer au niveau des individus ?

    Il y a ensuite, et j'en resterai là, l'interrogation de Jehanne Sosson : "La question que chacun peut se poser à travers cette affaire, c’est ‘Qu’est-ce qu’un père ?’ Suffit-il d’être le père biologique pour être vraiment un père ? Même si l’action légale aboutit, est-ce que cela fera d’Albert II un père pour autant ? "

    En fait, les évidences partagées qui fondaient la sécurité collective à l'époque où, finalement le père était pratiquement défini par le mariage - le père de l'enfant était le mari de la mère et quand un enfant naissait hors-mariage, il n'avait pas de père - se sont effritées sans être encore vraiment remplacées. Car c'est bien d'une sorte d'atonie sociale que parle le professeur de droit de la famille de l'UCL. A coté de la question du père, il y a celle de l'école, celle de la femme, celle de la politique, celle du marché et de la finance, et finalement celle de la vie.

    Même si l’action légale aboutit, est-ce que cela fera d’Albert II un père pour autant ? " Cette question signe bien le désarroi dans lequel nous sommes collectivement aujourd'hui. Mais ce désarroi peut être une opportunité si comme Christophe Colomb, nous nous montrons capables de risquer nos bateaux et nos vies pour découvrir une route et une terre nouvelle.

     

  • Marie-Martine Schyns : les leçons d'une nouvelle Ministre de l'Enseignement

     

    Avant les vacances le CDH avait choisi Marie-Martine Schyns pour remplacer Marie-Dominique Simonet qui quittait pour raisons de santé, le poste de Ministre de l'Enseignement et de la Promotion sociale du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Pour sa première rentrée scolaire , Marie-Martine Schyns était donc l'invitée de Matin Première en direct de la cour de récréation de l’école Sainte Ursule à Molenbeek le 2 septembre dernier.

    Cet entretien repris verbatim sur le site de la RTBF, a fait l'objet de tellement de commentaires qu'il peut paraitre superflu d'y revenir. Il comporte cependant deux enseignements qui, à mon avis valent qu'on s’y attarde. Ils sont pour moi en tous cas, des indices importants d'une société qui abandonne progressivement dans les faits ce qu'elle continue à célébrer dans les mots.

    Il apparait de plus en plus que le temps où " l' enseignement était d'abord civilisateur et non pourvoyeur des cerveaux formatés réclamés par la machine économique " - pour reprendre les mots d'Armel Job dans sa préface au livre d’Auguste Fourneau* - est bien révolu. Qui oserait encore affirmer que dans les faits, nous n'abandonnons pas progressivement ce qui faisait l'essentiel de l'éducation telle que l'avaient patiemment construite de siècle en siècle l'expérience des générations passées ?

    Désormais, proclame Madame Schyns " On met l’enseignement au cœur de tout un projet, d’une stratégie de développement qui est même une stratégie de développement économique " .L' école qui investissait dans l'homme au profit du progrès de l’humanité devient l'école qui investit dans les compétences au profit de la performance économique , nouvelle voie de salut pour l’humanité. .Les carcans traditionnels dont l'école s'était progressivement libérée renaissent ainsi sous la forme de la tyrannie des marchés, de la compétitivité, de la durabilité ...

    Et c'est la même perspective qui anime la Ministre quand elle déclare que la chose qu'elle aimerait faire en premier lieu serait de changer le regard que la société porte sur le monde de l’enseignement. Parce que le monde de l'image prend le pas sur le monde qui est. L'enfant à conduire vers son accomplissement s'estompe devant l’image de l'enseignement à rétablir. Parce que si l'image est bonne, tout se passe comme si les problèmes disparaissent derrière elle ...

    J'inclinerais à penser que la gouvernance au consensus où, comme l'a l'a montré fort brillamment Chantal Delsol** " l'on voudrait que la parole d'autorité ne tombe plus d'en haut, mais que les décisions proviennent de négociations entre les acteurs" interroge radicalement la démocratie, fille des révolutions française et américaine. Mais ce que déclare Marie-Martine Schyns en réponse à la dernière question qui lui est posée ne laisse subsister aucun doute sur un changement significatif pour ce qui est du rôle et de la fonction des partis dans la société de demain.

    À Bertrand Henne qui lui faisait remarquer qu'on a beaucoup dit que le décret inscriptions était l’erreur du CDH sur cette législature, on la vit abandonner l'enseignement, les écoles et leur financement pour répondre en termes strictement électoraux. Je cite " Je crois qu’il ne faut pas non plus surestimer l’impact du décret inscriptions sur les différentes élections qui ont eu lieu ou qui vont avoir lieu. On voit d’ailleurs à Bruxelles que par exemple dans le Nord de Bruxelles, où le décret inscriptions pose quelques problèmes, le CDH a fait de très bons scores au niveau de ses bourgmestres."

    Ainsi donc, les décisions que prennent ou ne prennent pas les Ministres paraissent devoir être d'abord évaluées en terme de rendement électoral ! Et à entendre les commentaires quotidiens tant en radio qu'en TV, on a le sentiment que c'est aussi l'avis des journalistes dans leur grande majorité...

    Oui, nous changeons de monde ou plus exactement, nous changeons le monde sans vouloir nous l'avouer. Parallèlement à nos discours et à nos professions de foi qui célèbrent encore les valeurs de l'ancien, se construit, dans les faits, un monde nouveau à base de consensus et d'objectivation du réel.

    Ce processus épuise progressivement les capacités à accepter les exigences qui fondaient ce qu’on avait appelé le monde moderne enraciné dans les Droits de l’homme. Droits de l'homme et exigences risquent sans doute eux aussi, de rejoindre éducation et démocratie au panthéon des idées inutiles pour promouvoir l’équilibre des finances publiques et la concurrence sur les marchés, principaux articles du nouveau credo de l'Union Européenne.

     

    * Auguste FOURNEAU, L'appel des cloches, Prof chez les cathos, Ed. Traces de vie, Tellin, 2012

    ** Chantal DELSOL, L'âge du renoncement, Éditions du Cerf, 2011

     

  • Médias,argent et démocratie : "Je veux ce joooooob!"

     

    Madame Céline Frémault, ministre de l’Économie et de l’Emploi, a répondu hier à la lettre ouverte de RTBF89 qui l’interpellait sur la part prise par Actiris dans la préparation d'une nouvelle émission sur l'emploi, projet de la RTBF en vue d'aider les demandeurs d'emploi à "trouver le job idéal et ce, en seulement une semaine."

    Revenir sur l'émotion sociale suscitée par ce projet qui en quelque 24 heures, a conduit ses promoteurs à le suspendre momentanément serait sans doute éclairant mais il me parait plus urgent de dire combien on reste sur sa faim en lisant cette réponse.

    Car si elle peut sans nul doute figurer comme modèle dans les manuels qui façonnent les professeurs de gestion de la communication politique, elle ne nous entend pas quand nous lui disons que " nous sommes nombreux à vivre, impuissants, tous ces petits renoncements quotidiens, tous ces estompements de la norme qui repoussent chaque jour un peu plus loin les limites de ce qui est admissible, acceptable, possible... jusqu'à devenir normal, habituel, banal. ... Comment en est-on arrivés là ? Telle est notre principale interrogation. "

    Oui, il faut dépasser l'épisode RTBF-Actiris-Ebuco pour interroger cette course collective à l'argent qui, sous des justifications plus ou moins brillantes, s'impose de plus en plus comme la seule voie de salut pour l'humanité. Un monde où on a " la chance d'être entouré de coaches, prêts à tout pour bouleverser [son] destin" -pour reprendre le texte l'appel à candidature de cette émission- donne froid dans le dos. On se souvient d'un führer prêt à tout pour assurer le destin de son peuple ...